En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu INRA

Programme « Pesticides » - Evaluation et réduction des risques liés à l’utilisation de pesticides.

VINPEST

Une évaluation expérimentale des consentements à la réduction de l'utilisation des pesticides dans le vin

   

Télécharger la fiche de présentation du colloque de restitution finale

Télécharger le rapport final : rapport scientifique et synthèse pour décideurs

 

Citation : Sutan A., Combris P., Bazoche P., Issanchou S., Brouard J., Wilson D., Ginon E., Bourg G., Court M., Cochard F., Ares G., Dos Santos Laboissiere L., Deliza R., Asselineau A., Grolleau G., Bonescu M., Bratu D., 2014. Une évaluation expérimentale des consentements à la réduction de l'utilisation des pesticides dans le vin (Vinpest), rapport final, programme Pesticides (APR 2009), 59 p.

   

Coordination scientifique

Angela SUTAN – ESC Dijon Bourgogne, Laboratoire d'expérimentation en sciences sociales et analyse des comportements (Lessac)

  

Résumé

Le projet VINPEST repose sur l’hypothèse que la performance d’une exploitation viticole peut être envisagée sous d’autres angles que celui du rendement de la vigne, mais cela passe par des incitations ciblées pour les producteurs et les consommateurs de vin : en particulier, une vigne performante est aussi une vigne qui a une performance environnementale. Se pose alors la question de la manière dont ces incitations fonctionnent, par qui et comment devraient-elles être mises en oeuvre?

 

Première question : comment inciter les producteurs à s’impliquer durablement dans la réduction de l’utilisation des pesticides ? Puisque l’utilisation des pesticides équivaut à une assurance de coût faible et qui garantit un rendement certain, plus on monte dans la gamme des appellations, moins le producteur a intérêt à réduire son utilisation de pesticides. Ainsi, le producteur devra avoir la certitude que les consommateurs ou les pouvoirs publics fourniraient une assurance alternative : soit les consommateurs acceptent de payer une prime pour les vins sans pesticides, soit les pouvoirs publics concèdent des aides importantes à la mise en place de productions respectueuses de l’environnement. Quelles sont les informations qui ont un effet sur le comportement du producteur, qui l’incitent à le modifier dans le sens de la réduction de l’utilisation des pesticides, et à croire que cela sera suivi d’une valorisation par les consommateurs ou d’un appui par les pouvoirs publics ?

Seconde question : comment inciter les consommateurs à prendre en compte la réduction des pesticides dans la production du vin ? Comment valorisent-ils l’engagement environnemental d’un producteur ? Il s’agira de valider les caractéristiques souhaitées par les consommateurs par des méthodes implicatives et de révéler les cycles de consentement des consommateurs autour des vins sans pesticides, sur la base de leur perception de l’utilisation des pesticides dans la production du vin.